Bandeau UL

Archives

27 août 2012

Affaire Assange : l'OÉA appuie l'Équateur

Type de publication : Articles

L'Organisation des États américains (OÉA) est solidaire du gouvernement équatorien. Elle le soutient et rejette « toute tentative de mettre en péril l'inviolabilité des locaux des missions diplomatiques ».

Lors d'une réunion extraordinaire à Washington D.C. vendredi dernier, les membres de l'OÉA ont approuvé par acclamation une résolution favorable à l'Équateur. Seuls les États-Unis et le Canada ont exprimé certaines réserves : les États-Unis ont désapprouvé la partie portant sur le soutien et la solidarité à l'Équateur alors que le Canada s'est dit en désaccord avec l'ensemble du texte. Cette résolution survient alors que le Royaume-Uni a averti l'ambassade équatorienne de Londres qu'il pourrait entrer dans ses locaux afin d'y arrêter Julian Assange.

Par le biais de cette résolution, l'OÉA a souligné « l'obligation qu'ont les États de ne pas invoquer les normes de droit interne pour justifier des manquements à des obligations internationales ». Elle a aussi invité les gouvernements équatorien et britannique « à poursuivre le dialogue afin de résoudre leur différend ».

Le ministre équatorien des Affaires étrangères, Ricardo Patiño, s'est dit « réconforté » par le soutien de l'OÉA. Cet appui au pays centraméricain s'ajoute à celui de l'Union des Nations sud-américaines (Unasur) et de l'Alternative bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA).

Quito a accordé l'asile politique au fondateur de WikiLeaks le 16 août 2012. Ce dernier est réfugié dans les locaux de l'ambassade équatorienne depuis le 19 juin. Le Royaume-Uni estime que ses normes internes l’obligent à l’extrader vers la Suède où il doit répondre à des accusations d’agression sexuelle et de viol. Le gouvernement britannique refuse donc d'émettre un sauf-conduit à Julian Assange. Ce dernier craint qu'une fois remis aux autorités suédoises, il soit extradé vers les États-Unis où il risque la peine de mort pour espionnage.

La majorité des pays de l'OÉA a convenu qu'autant le droit de concéder l'asile politique que celui d'émettre un sauf-conduit doivent être traités par le Royaume-Uni et l'Équateur dans le cadre de leurs relations bilatérales.

SD

 

Sources :

« OEA expresa solidaridad y respaldo a Ecuador », Ansa latina, 24 août 2012

Maseri, Sergio Gómez, « Mediante resolución, la OEA respaldó a Ecuador por caso Assange », El Tiempo, 24 août 2012

Valencia, Alexandra, « OEA respalda Ecuador en disputa con Reino Unido por caso Assange », Reuters, 24 août 2012

«  Caso Assange: OEA respalda a Ecuador ante Reino Unido », Los Tiempos, 25 août 2012

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval