Bandeau UL

Archives

16 février 2011

Colombie-Chine : le projet de liaison interocéanique se concrétise

Type de publication : Articles

Bogotá et Pékin sont actuellement en négociation pour construire une alternative terrestre au Canal de Panamá. Dans une entrevue accordée récemment au Financial Times, le président colombien, Juan Manuel Santos, a affirmé que la proposition visant à construire une ligne ferroviaire qui relierait l’Atlantique au Pacifique est réelle et très avancée.

Le projet consisterait en une voie ferrée de 220 kilomètres qui déboucherait dans un endroit situé près de Carthagène (Colombie). Cette nouvelle localité servirait de plateforme de montage de produits chinois destinés à l’exportation dans les quatre coins du contient latino-américain. La Colombie, étant le cinquième producteur mondial de charbon, profiterait de cette opportunité pour exporter cette ressource vers les pays d’Asie-Pacifique. Le projet coûterait près de 7 G$ US et serait financé par la Banque chinoise de développement.

Ce n’est pas la première fois qu’une telle initiative est envisagée. Le dernier projet similaire remonte à la présidence d’Alvaro Uribe, lorsque l’ingénieur Carlos de Greiff Moreno, en coopération avec José Stalin Rojas, directeur de l’Observatoire de la logistique, de la mobilité et du transport de l’Université Nationale de Colombie, avaient proposé de construire une route permettant de relier un port situé dans le Golfe d’Urabá, dans la côté atlantique colombienne, au littoral Pacifique. Des projets en la matière ont toujours existés, mais l’investissement public et privé manquait.

Selon des documents obtenus par le Financial Times, le projet en question serait seulement l’une des propositions chinoises visant à développer le réseau de transport entre l’Amérique latine et l’Asie. « La Colombie occupe une position stratégique très importante et la Chine considère ce pays comme un port d’entrée pour toute l’Amérique Latine », a affirmé Gao Zhengyue, l’ambassadeur chinois en Colombie. Le commerce sino-colombien serait passé de 10 M$ US en 1980, à plus de 5 G$ US en 2010, faisant de la Chine le deuxième partenaire commercial de la Colombie après les États-Unis. Outre l’aspect économique, ce geste permettrait à Bogotá de faire pression sur le gouvernement américain au sujet de l’accord bilatéral de libre-échange signé par les deux pays il y a maintenant quatre ans, mais toujours en attente d’une ratification par le Congrès américain.

Si la proposition vient à se réaliser, l’impact sera notable pour le développement économique de la région, possiblement aussi important que l’aura été le canal de Panama durant le 20e siècle.

JM

 

Sources :

Carranza, Andrea. « Desde Simón Bolívar se hablado de un canal alterno al de Panamá », La Republica, 15 février 2011

« Colombia, ¿futura fábrica de los chinos en Latinoamérica? », RFI, 14 février 2011

« Pékin veut créer une alternative au canal de Panama », Affaires-stratégiques.info, 15 février 2011

Rathbone, John Paul et Naomi Mapstone. « China in talks over Panama Canal rival », Financial Times, 13 février 2011

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval