Bandeau UL

Archives

15 mai 2012

La CIDH dénonce la violation systématique des droits des détenus

Type de publication : Articles

La surpopulation, la corruption, l'utilisation de la torture, la déficience des services de base et le manque d'efficacité des mécanismes de contrôle des prisons font partie des facteurs favorisant la « violation systématique » des droits de l'Homme observée dans plusieurs milieux carcéraux du continent américain par la Commission interaméricaine des droits de l'Homme (CIDH).

Selon le « Rapport sur les droits des personnes privées de liberté dans les Amériques »  présenté jeudi dernier par la CIDH, des « décennies de négligence de la problématique carcérale par les gouvernements successifs [...] et d'apathie de la part de la société » ont favorisé « l'arbitrage, la corruption et la violence » dans les prisons.

Dans son rapport, la CIDH précise que la surpopulation demeure le problème le plus grave et le plus répandu dans les milieux carcéraux. Elle affecte la majorité des pays du continent.

La Commission observe, par ailleurs, qu'un nombre important de décès chez les détenus résulte  du manque « d'attention suffisante » de la part des autorités. Elle rappelle l'obligation qu'ont les États de protéger les droits des prisonniers. À ce titre, elle déplore la mort de dizaines de détenus au cours des dernières années lors d'incendies survenus dans des prisons argentines, chiliennes, dominicaines, panaméennes, salvadoriennes et uruguayennes. Lors de sa session en mars dernier, la CIDH a d'ailleurs consacré une audience à l'incendie d'une prison à Comayagua, au Honduras, au cours duquel 361 personnes ont perdu la vie.

Le niveau élevé de violence dans ces institutions est une autre source de préoccupation pour la Commission. Ce niveau est devenu « alarmant » au Venezuela : de 2005 à 2009, 1 865  personnes sont mortes et 4 358 ont été blessées dans des émeutes et des bagarres. La situation vénézuélienne n'est toutefois pas unique puisque depuis 2004, des actes graves de violence ont également été dénoncés en Argentine, au Brésil, au Guatemala, au Honduras, au Mexique, en République dominicaine et au Salvador.

Selon la CIDH, le respect des droits fondamentaux des personnes privées de liberté n'entre pas en conflit avec les objectifs de la sécurité publique. Au contraire, la transformation des systèmes carcéraux en véritables mécanismes de réhabilitation contribuerait à prévenir la criminalité et la violence.

SD

Sources:

« CIDH denuncia "violación sistemática" en cárceles de AL », Milenio, 11 mai 2012

Urdaneta, Diego, « CIDH denuncia "violación sistemática" de DDHH en cárceles del continente », AFP, 11 mai 2012

« CIDH presenta Informe sobre los derechos humanos de los presos en las Américas », Andes, 11 mai 2012

« IACHR Presents Report on the Human Rights of Persons Deprived of Liberty in the Americas », communiqué de la CIDH, OÉA, 10 mai 2012

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval