Bandeau UL

Archives

31 mai 2012

Déception autour du câble de fibre optique reliant le Venezuela à Cuba

Type de publication : Articles

Le peuple cubain est celui qui compte sur la connexion internet la plus lente et la plus coûteuse de tout l’hémisphère en raison du système de transfert de données par satellites qui s’avère beaucoup moins efficace et abordable que les connexions par câbles à fibre optique. L’année dernière, les difficultés d’accès à Internet pour les hôpitaux, les universités et d’autres institutions vouées au bien commun devaient diminuer avec l’avènement d’un câble à fibre optique sous-marin de 1630 km reliant l'île au Venezuela. Évalué à 70 millions $ US, le câble financé en grande partie par l’État vénézuélien a suscité beaucoup d’espoir, mais n’a jusqu’à présent pas été à la hauteur des attentes.

Plus d’un an après son inauguration en février 2011, et dix mois après sa date d’entrée en service, le câble n’est plus mentionné par les autorités cubaines et l’utilisation du réseau Internet continue d’être fastidieuse sur l’île. Une douzaine d’employés d’institutions publiques interviewées par The Associated Press ont affirmée n’avoir perçu aucune amélioration dans leur connexion au travail. Selon ces derniers, la vitesse de téléchargement serait même devenue un peu plus lente.

En réponse aux rumeurs sur le sujet, le ministre des Sciences et des Technologies du Venezuela, M. Jorge Arreaza, a déclaré la semaine dernière à la presse que le câble sous-marin était « absolument opérationnel ». « Son utilisation ne dépend que du gouvernement de Cuba », a-t-il ajouté. M. José Remón, un ex-haut fonctionnaire du monopole de télécommunications ETECSA qui vit maintenant à Miami, a déclaré vendredi dernier que les affirmations de M. Arreaza confirmaient les soupçons selon lesquels le câble serait fonctionnel, mais restreint aux entités gouvernementales cubaines et vénézuéliennes et ne servirait qu’à des fins stratégiques entre les deux pays alliés. Les restrictions sur l’usage du câble montrent selon lui que le gouvernement de Castro craint l’impact d’un accès étendu au réseau Internet.

Selon des statistiques gouvernementales, seulement 16 % des résidents de Cuba ont accès à Internet, principalement à travers les milieux de travail ou académiques et souvent uniquement à partir de la plateforme intranet. L’Office national de la statistique affirmait l’an dernier que seulement 2,9 % des Cubains ont reporté pouvoir bénéficier d’un accès direct à Internet, alors que des experts de l’externe estiment ce chiffre allant de 5 à 10 %, considérant les ventes sur le marché noir de minutes d’accès à internet par le biais du réseau téléphonique commuté.

Certains ont spéculé que les révoltes du printemps arabe encouragées par l’Internet auraient altéré les plans du gouvernement ou auraient donné l’occasion aux dirigeants de repenser l’idée de rendre ce service accessible à plus grande échelle. Quoi qu’il en soit, le manque de transparence n’est pas inhabituel pour Cuba, un pays où les médias sont fortement contrôlés par l’État.

JM

 

Sources :

« Cuba restringe el acceso a internet por cable », Noticia Al Dia/Infobae, 26 mai 2012

« Fibra óptica de internet para Cuba: de la euforia al misterio », Univision Noticias/The Associated Press, 21mai 2012

Rainsford, Sarah, « El internet cubano sigue lento a pesar del supercable venezolano », BBC Mundo, 26 mai 2012

Rodriguez, Andrea, « Year after undersea fiber-optic cable landed, Cuba's Internet still stuck in the '90s », Newser/Associated Press, 21 mai 2012

Tamayo, Juan O., « Cuba limita acceso a internet por cable de fibra óptica », El Nuevo Herald, 25 mai 2012

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval