Bandeau UL

Archives

28 juin 2012

Le Paraguay pourrait être expulsé de l'Unasur et du Mercosur

Type de publication : Articles

L'Argentine, la Bolivie, le Brésil, Cuba, l'Équateur, la République dominicaine et le Venezuela ne reconnaissent pas le nouveau gouvernement paraguayen de Federico Franco. Ils considèrent illégitime le processus de destitution de Fernando Lugo qui s'est terminé vendredi dernier. Dans le cadre de ce processus, le Sénat a accusé le président Lugo d'avoir assumé de façon inadéquate son rôle de chef d'État en laissant croître les conflits sociaux au sein du pays et l'a démis de ses fonctions. Le vice-président Franco assume dorénavant la présidence du Paraguay.

Le Chili, le Mexique et le Pérou se sont montrés contrariés par la destitution de Fernando Lugo.

La présidente argentine Cristina Fernández de Kirchner et son homologue vénézuélien Hugo Chavez considèrent avoir été témoins d'un coup d'État.

La présidente brésilienne Dilma Rousseff a même suggéré d'expulser le Paraguay du Marché commun du Cône sud (Mercosur) et de l'Union des nations sud-américaines (Unasur). En fait, les statuts de ces deux blocs régionaux ont des clauses relatives au respect des règles démocratiques. La présidente brésilienne a rappelé que la sanction prévue pour les pays qui ne respectent pas « les principes caractéristiques d'une démocratie » est la non participation à des organismes multilatéraux, c'est-à-dire au Mercosur et à l'Unasur.

Les États membres du Mercosur, par le biais d’un communiqué du ministère argentin des Affaires étrangères, ont d’ailleurs condamné « de manière énergique la rupture de l’ordre démocratique au Paraguay » tout en annonçant la suspension du nouveau gouvernement paraguayen du prochain sommet du bloc qui se tiendra à Mendoza (Argentine) le 29 juin prochain.

Pour sa part, le président équatorien Rafael Correa ne reconnaîtra que Fernando Lugo à titre de président du Paraguay. À son avis, la destitution ce dernier est illégale puisque les procédures entourant celle-ci paraissent inadéquates.

De même, dans une déclaration publiée par l'Agence bolivienne d'information, le président bolivien Evo Morales, a appelé « les gouvernements des Amériques, les peuples autochtones et les mouvements sociaux latino-américains à faire front commun pour défendre la démocratie au Paraguay et le président Lugo ».

Les présidents de l'Unasur se réuniront mercredi à Lima, au Pérou, pour étudier la situation. Le ministre équatorien des Affaires étrangères, Ricardo Patiño, espère que le Conseil des chefs d'État analysera non seulement la crise politique paraguayenne, mais également la présidence tournante de l'Unasur. Celle-ci est actuellement assurée par le Paraguay, mais pourrait revenir au Pérou. Selon le ministre Patiño, cet « honneur ne peut pas se retrouver entre les mains d'un gouvernement illégitime ».

SD

 

Sources:

« La Unasur se reunirá el miércoles en Lima para estudiar la situación de Paraguay », Europa Press, 24 juin 2012

« Unasur rechazó la destitución de Lugo », Página 12, 23 juin 2012

« El Congreso echa a Lugo; Unasur rechaza a sucesor », El Universal, 23 juin 2012

« La Unasur podría detener su cooperación con Paraguay tras la destitución de Lugo », Europa Press, 23 juin 2012

« Brasil seguirá a Unasur en respuesta crisis Paraguay: canciller », Reuters, 23 juin 2012

« Unasur sugiere expulsar a Paraguay del organismo y del Mercosur », infobae, 22 juin 2012

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval