Bandeau UL

Archives

21 avril 2011

Bruxelles accuse l'Argentine de protectionnisme

Type de publication : Articles

Jeudi dernier, Karel de Gucht, commissaire européen pour le commerce extérieur, a accusé l’Argentine d’être « le grand obstacle » qui empêche l’Union européenne (UE) et le Mercosur (Marché commun du Sud) de négocier un accord de libre-échange. « Les mesures protectionnistes de l’Argentine causent des problèmes et rendent nos exportateurs nerveux, spécialement ceux du secteur automobile. Si les Argentins ne changent pas d’attitude, nous pourrions nous rendre à l’OMC (Organisation mondiale du commerce) », tel que l’a signalé le commissaire de Gucht pour illustrer son mécontentement envers la politique commerciale argentine.

Karel de Gucht a ainsi affirmé que les tarifs douaniers appliqués par l’Argentine endommageaient l’ambiance des négociations entre les deux blocs et que cela pourrait éventuellement provoquer la fin de tout le processus de rapprochement. Le commissaire de Gucht s’est toutefois montré optimiste quant à la possibilité que les deux partis puissent conclure cet accord historique au courant de l’année 2011 et il s’est dit « convaincu » que cette association générerait des bénéfices substantiels pour les deux régions.

Devant ces accusations, Luis Maria Kreckler, secrétaire du Commerce et des Relations économiques internationales de l’Argentine, a répliqué en arguant que Bruxelles tentait de semer la division au sein des membres du Mercosur, alors que l’UE n’était pas encore parvenue à s’entendre sur une offre homogène, particulièrement en ce qui a trait au secteur agricole. À cela, le secrétaire Kreckler a ajouté qu’il fallait promouvoir un meilleur climat de confiance et qu’il fallait éviter les pressions et les tactiques de division.

Durant la même journée, les ministres de l’Agriculture de l’UE se sont rencontrés pour analyser les impacts qu’aurait un accord UE-Mercosur pour les agriculteurs européens, qui se mobilisent pour éviter qu’un pareil accord ne survienne. En effet, les 28 millions d’agriculteurs européens avancent qu’ils pourraient perdre jusqu’à 13 milliards d’euros si l’UE décidait d’ouvrir complètement ses marchés aux produits agroalimentaires en provenance du Mercosur.

La prochaine ronde de négociation entre les deux blocs doit avoir lieu entre les 2 et 6 mai à Asunción (Paraguay), capitale du pays qui occupe la présidence tournante du Mercosur.

GC

 

Sources :

Idafe Martin, « La UE acusó a Argentina de trabar el comercio », Clarin, 15 avril 2011

« Fuerte reclamo de Europa por freno a importaciones », Lavoz, 15 avril 2011

« La UE amenaza con denunciar a la Argentina », La Gaceta (Argentine), 15 avril 2011

« La UE amenaza con ir ante la OMC », GPA, 15 avril 2011

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval