Bandeau UL

Archives

4 mai 2012

Une quarantaine de pays accusent l'Argentine de protectionnisme

Type de publication : Articles

L'Argentine a été accusée de protectionnisme par une quarantaine de pays lors de la réunion du Comité des licences d'importation de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) de vendredi dernier. Il s'agit de la seconde accusation de ce type devant l'OMC en un mois. La première avait été portée devant le Conseil du commerce des marchandises le 30 mars dernier.

Le groupe de pays, dont font partie le Canada, les États-Unis et les membres de l'Union européenne, estime que le régime argentin de licences d'importation non automatiques ainsi que les autres types de barrières commerciales employées par la nation sud-américaine sont illégaux. Bien que l'OMC autorise l'imposition de licences d'importation non automatiques, les procédures administratives pour l'obtention de ces dernières doivent être simples, neutres, équitables, transparentes, rapides et ne doivent pas nuire inutilement aux échanges commerciaux. Les pays qui critiquent le régime argentin soutiennent que ce dernier ne correspond pas aux caractéristiques énumérées précédemment et qu'il nuit aux exportations en provenance de leur territoire.

Dans une déclaration conjointe, ces pays demandent à l'Argentine « d'expliquer en détail et par écrit » pourquoi elle affirme que sa politique actuelle d'importation respecte les normes de l'OMC.

Pour sa part, la délégation argentine considère que les statistiques révèlent que les importations provenant des plaignants continuent de croître, contrairement à ce que ces derniers affirment. La ministre de la mission permanente argentine auprès des Nations unies à Genève, Miriam Pérez Chávez, a refusé de « répéter les arguments » présentés devant le Conseil du commerce des marchandises le mois dernier. Elle a plutôt décrit en détail la facilité avec laquelle les importateurs peuvent se procurer des licences d'importation par Internet.

En mars dernier, la secrétaire aux Relations économiques internationales du ministère argentin des Affaires étrangères, Cecilia Nahón, avait défendu l'Argentine en soutenant que son pays avait le droit d'utiliser des licences non automatiques afin de « promouvoir le développement économique » dans le contexte actuel de crise économique mondiale. Elle avait par ailleurs accusé les pays développés d'entraver le commerce par des subventions et par l'imposition de tarifs élevés sur une grande quantité de produits.

SD

 

Sources :

« Más de 40 países renovaron las críticas por el "proteccionismo" argentino », infobae, 29 avril 2012

Corradini, Luisa, « Nueva queja de 42 países por las trabas a las importaciones », La Nación, 28 avril 2012

« Argentina vuelve a ser acusada ante OMC », La Prensa Gráfica, 28 avril 2012

Martin, Idafe, « Importaciones: 40 países acusan otra vez a la Argentina », Clarín, 28 avril 2012

« Les Membres continuent de critiquer le régime de licences d'importation "protectionniste" de l'Argentine », OMC, 27 avril 2012

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval