Bandeau UL

Archives

2 février 2012

CEPALC: plus d'investissements, la clé pour soutenir la croissance de l'Amérique latine

Type de publication : Articles

Dans le cadre du XXIV Séminaire régional des politiques fiscales organisé mardi par la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), la secrétaire générale de l’institution, Mme Alicia Bárcena, a affirmé que la part actuelle de l’investissement dans le PIB des pays d’Amérique latine et des Caraïbes s’avérait insuffisante pour soutenir un taux de croissance élevé.

S’adressant à l’assemblée, elle a déclaré que les finances publiques se sont améliorées en Amérique latine. « La dette publique a été réduite radicalement et son profil et sa composition sont plus équilibrés. Les revenus fiscaux et le taux moyen des taxes ont augmenté. La diminution dans le paiement d’intérêts a généré de l’espace fiscal et les dépenses publiques se sont maintenues », a-t-elle affirmé. Toutefois, la fonctionnaire mexicaine a souligné que l’investissement privé a été « peu dynamique » et que l’investissement public était globalement en déclin en Amérique latine.

À la différence de pays du Sud-est asiatique comme la Chine ou la Corée du Sud, où la création brute de capital fixe représenterait près de 40 % du produit intérieur brut, ceci ne représenterait que 20 % en Amérique latine. Un « effort significatif » de la part des pays d’Amérique du Sud serait ainsi nécessaire pour égaler la qualité des services, des communications et des routes de ces pays asiatiques. La CEPALC recommande dans cette optique que les pays latino-américains investissent en matière d’infrastructure aux alentours de 170 milliards de dollars annuellement jusqu’en 2020 s’ils souhaitent assurer le développement économique de leurs sociétés respectives. Mme Bárcena a finalement insisté sur le fait que « l’État doit continuer à occuper un lieu central dans la prestation de services d’infrastructure, puisque la participation privée ne réduit pas la nécessité de l’intervention publique ».

Lors de ce séminaire, des représentants du Fonds monétaire international, de l’Organisation pour la coopération et le développement économique ainsi que du ministère des Finances du Brésil sont également intervenus. Ces derniers se sont montrés d’avis que l’Amérique latine se trouve aujourd’hui dans une « situation privilégiée » pour affronter les effets de la crise de la zone euro et ont fait remarquer que le contrôle des finances publiques et la soutenabilité de la dette sont des actifs régionaux qui devraient être maintenus dans le futur.

JM

 

Sources :

« Cepal: inversiones son insuficentes para desarrollo Latinoamérica », Univision Noticias/The Associated Press, 25 janvier 2012

« Cepal: 'La Inversión En América Latina Es Insuficiente Para Alcanzar El Desarrollo' », Noticias 123, 25 janvier 2012

Ferrari, Alberto, « Inversiones clave para desarollo latinoamericano, Cepal », Ansa Latina, 29 janvier 2012

« La Cepal insta a elevar la inversión para sostener el crecimiento », Telam, 25 janvier 2012

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval