Bandeau UL

Archives

19 avril 2012

Sommet des Amériques. La société civile s'exprime au Sommet des peuples

Type de publication : Articles

Du 12 au 14 avril dernier, un imposant regroupement d’organisations citoyennes de femmes, de travailleurs, d’étudiants, de paysans, d’autochtones et de minorités ethniques ont fait entendre leurs propres revendications, dans le cadre d’un rassemblement alternatif réalisé en marge du VI Sommet des Amériques, connu sous le nom de « Sommet des peuples ». L’Assemblée plénière de ce « contre-sommet » aura permis aux participants progressistes en provenance des quatre coins du continent de mettre à l’ordre du jour des éléments qu’ils estiment absents de l’agenda politique de leurs dirigeants et de produire une déclaration finale qui met en relief leurs principales préoccupations.

Les participants ont ainsi alimenté le débat durant trois jours sur les réalités socio-économiques et politiques de l’hémisphère. Dans leur déclaration finale, ils ont rejeté d’emblée l’insistance du gouvernement américain à imposer son ordre du jour lors des Sommets des Amériques, initiés dans le but de favoriser la coopération régionale. Les participants ont également critiqué les politiques impérialistes américaines, exprimées par le soutien du coup d’État au Honduras, par le soutien au régime illégitime de Porfirio Lobo, par les tentatives de déstabilisation d’Haïti, par le maintien du blocus économique contre Cuba et par l’opposition à la souveraineté de l’Argentine sur les îles Malouines.

L’Assemblée des Peuples a invité les dirigeants des Amériques à consolider la démocratie, en mettant notamment fin à la promotion « irresponsable » des investissements étrangers et en insistant sur des rapports de coopération bénéfiques. Les participants ont demandé à leurs dirigeants de proposer de « vraies solutions » à la crise environnementale et climatique en étudiant ses causes structurelles à travers une réflexion qui remet en question l’architecture financière internationale et l’actuel modèle de développement. Les priorités ont finalement semblé s’orienter vers le droit des peuples à décider de leurs politiques agricoles dans une perspective de sécurité alimentaire, l’amélioration des conditions de travail, la garantie de la liberté d’association et de négociation collective, les réformes des systèmes d’éducation permettant une plus grande accessibilité aux études, ainsi que la reconnaissance du droit de Cuba d’adhérer au système interaméricain.

Le Sommet des Peuples aura finalement donné l’occasion à des intervenants cubains de faire entendre leurs voix. Le porte-parole cubain des mouvements sociaux et paysans, M. Mario de la O Sosa, s’est montré très reconnaissant de la solidarité internationale exprimée envers Cuba à l’occasion de ce sommet alternatif. Une marche pacifique regroupant plusieurs milliers de personnes aura finalement clôturé la cinquième édition de cet événement à caractère altermondialiste.

JM

 

Sources :

« Concluye Cumbre de los Pueblos con marcha y pronunciamientos », Prensa Latina, 14 avril 2012

« Cumbre de los Pueblos: Barack Obama declarado como persona no grata », Confirmado, 15 avril 2012

« Declaración de la V Cumbre de los Pueblos », Cumbre de los Pueblos, 14 avril 2012

« Finalizó la quinta Cumbre de los Pueblos », Caracol, 15 avril 2012

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval