Bandeau UL

Archives

26 mai 2011

Les minières canadiennes suscitent des bouleversements au Pérou

Type de publication : Articles

Les manifestations anti-minières qui ont commencé le 9 mai dernier se radicalisent dans la région de Puno, à la frontière entre le Pérou et la Bolivie. Les manifestants sont en désaccord avec l’installation de la minière canadienne Bear Creek, par crainte que celle-ci contamine les sources d’eau locales. Le groupe canadien espère entamer des opérations dans cette région en 2012, afin d’exploiter le gisement Santa Ana dont les réserves prouvées et probables s’élèverait à 63 millions d'onces d'argent, selon l’entreprise.

Le Front de défense des ressources naturelles de la zone sud (FDRNZS) exige au gouvernement péruvien d’Alan Garcia qu’il interdise les concessions minières dans la région de Puno et qu’il paralyse le projet Santa Ana, qui possède déjà une autorisation d’exploitation. Près de 4 000 manifestants concentrés dans la ville de Puno revendiquent un décret gouvernemental qui éliminerait les concessions minières dans la région. Il n’y aurait actuellement aucun trafic maritime ou terrestre entre le Pérou et la Bolivie. En effet, les paysans indigènes de la région auraient coupé deux routes ainsi que le pont international qui relie les deux pays. Près d’un demi-millier de camions seraient stationnés à la frontière péruvienne, en attente de pouvoir traverser en Bolivie. La plupart des commerces de la zone frontalière seraient également fermés, ce qui commence à affecter les approvisionnements de certains produits de première nécessité.

Par ailleurs, de nombreux touristes se sont vus affectés par les protestes. La Chambre nationale de tourisme (Canatur) a souligné que le climat d’insécurité a engendré d’importantes pertes économiques tant pour les restaurateurs, les établissements hôteliers que les services d’excursion et de transport. La Chambre de commerce du Pérou a quant à elle estimé que les pertes encourues par l’économie péruvienne attribuables à cette grève avoisinerait actuellement les 20 millions de dollars.

À Lima, le gouvernement péruvien a affirmé à des médias locaux qu’une commission de haut niveau dialoguera prochainement avec les manifestants.

JM


Sources :

« Bloqueo fronterizo Perú-Bolivia entra en tercera semana »,Prensa Latina, 23 mai 2011

Cardenas, José Arturo, « Des paysans se mobilisent contre le projet d'une minière canadienne », Agence France-Presse, 18 mai 2011

« El paro en el sur de Perú deja hasta ahora 20 millones de dólares en pérdidas », EFE, 24 mai 2011

« Garcia dénonce un barrage contre une mine à la frontière Pérou/Bolivie », Romandie News\AFP, 17 mai 2011

« Paro antiminero dejó a 300 turistas varados en frontera Perú-Bolivia », El Comercio, 25 mai 2011

« Perú: se agrava protesta antiminera en la frontera con Bolivia », AFP, 25 mai 2011

« Se cumplen dos semanas del cierre de la frontera entre Perú y Bolivia », EFE, 22 mai 2011

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval