Bandeau UL

Archives

26 janvier 2012

Forum social mondial : la justice sociale et environnementale au cœur des débats

Type de publication : Articles

Des milliers d’activistes du Brésil et de partout sur la planète ont donné ce mardi le coup d’envoi de l’édition 2012 du Forum social mondial par une marche regroupant près de 5 000 personnes dans les rues de Porto Alegre, au Brésil. Ayant pour thème « Crise capitaliste, justice sociale et environnementale », l’événement donne l’occasion aux participants de suggérer des stratégies destinées à surmonter la crise économique, politique et sociale que traverse la planète et de mettre à l’agenda des solutions qui répondraient à ces défis.

Les propositions de l’Organisation des Nations unies (ONU) pour la prochaine Conférence des Nations unies sur le développement durable (mieux connue sous le nom de Rio+20) apparaissent insuffisantes aux yeux de certains intellectuels et membres d’organisations de la société civile présents à l’événement. L’écologiste et ex-candidate présidentielle brésilienne Marina Silva a à cet effet dénoncé que l’économie verte qui sera prescrite par l’ONU lors de cette conférence ne s'attaque qu'à la dimension économique du développement durable sans réellement apporter une réponse à la complexité de la crise globale.

Sur d’autres fronts, divers mouvements sociaux se sont élevés contre la réalisation de projets de développement controversés dans des zones considérées comme sensibles. Les principales critiques furent dirigées vers le projet Belo Monte, une gigantesque centrale hydroélectrique que le gouvernement brésilien fait construire au cœur de l’Amazonie. Puisqu’il est prévu que celle-ci déplace près de 50 000 paysans en plus d’inonder une zone de 506 kilomètres carrés, les activistes ont dit souhaiter que la présidente Dilma Rousseff mette un frein au projet.

Outre la présidente brésilienne, le forum compte cette année sur la présence de plusieurs autres personnalités telles que le président uruguayen José Mujica, le journaliste espagnol Ignacio Ramonet, le sociologue portugais Boaventura de Souza ainsi que le politologue italien Luigi Bobbio. Le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), M. José Graziano, est pour sa part intervenu pour signifier « qu’il s’agit d’une utopie de penser que le développement durable est possible sans sécurité alimentaire et de croire que nous pouvons continuer dans la paix lorsqu’il y a des millions de personnes qui tolèrent la faim dans le monde ». Le fonctionnaire a affirmé que la FAO tentait de créer des ponts avec la société afin d’élargir le dialogue qui est actuellement centré sur les échanges avec les gouvernements.

L’idée d’ouvrir un dialogue entre les différents acteurs de la société civile en vue de proposer des alternatives aux dirigeants est au cœur des activités qui se poursuivront jusqu’à dimanche prochain. Le Forum appelle également à la pression sociale pour que les gouvernements adoptent des compromis plus ambitieux au prochain sommet Rio+20 organisé à Rio de Janeiro en juin prochain.

JM

 

Sources :

Davis, Eduardo, « El debate sobre el medioambiente se radicaliza en el Foro Social Mundial », EFE, 25 janvier 2012

« FAO: no habrá paz con hambre », ABC Digital/Ansa, 25 janvier 2011

Marull, Yana, « La propuesta de la ONU para Rio+20 es insuficiente: Foro Social », AFP, 25 janvier 2012

Thuswohl, Maurício, « Les altermondialistes se préparent à Rio+20 », Swissinfo, 25 janvier 2012

« Todo listo para foro social en Porto Alegre », Ansa Latina, 24 janvier 2012 

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval