Bandeau UL

Archives

1er septembre 2011

Les pays de l'ALBA veulent une enquête sur les " excès " de l'OTAN en Libye

Type de publication : Articles

Dimanche dernier, le vice-ministre des Affaires étrangères de l’Équateur, Kintto Lucas, a réitéré l’opposition de son pays à « l’invasion » de la Libye par les puissances occidentales. Il a également affirmé que les nations membres de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA) demanderont à ce que des enquêtes soient menées à propos des « excès » qui pourraient avoir été commis par l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) lors de leurs opérations militaires.

M. Lucas accuse les pays de l’OTAN d’avoir « mal utilisé » les résolutions du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU). Le vice-ministre Lucas a toutefois assuré que ses propos ne devaient pas « nécessairement » être interprétés comme un soutien au dirigent libyen, Mouammar Kadhafi.

Dans un même ordre d’idées, le gouvernement équatorien a fait savoir qu’il ne reconnaitrait pas le Conseil national de transition (CNT) comme étant le gouvernement de la Libye, et ce, tant que la population ne se serait pas prononcée sur sa légitimité. Selon M. Lucas, la Libye traverse actuellement une guerre civile et il demeure difficile de déterminer qui sera le vainqueur. Dans l’éventualité où le CNT s’emparerait du pouvoir, le gouvernement équatorien craint que cette organisation s’y accroche pendant plusieurs années en raison du conflit interne.

Du côté de la Colombie (qui ne fait pas partie de l’ALBA), le vice-président du pays, Angelino Garzón, a réaffirmé que le gouvernement de Juan Manuel Santos reconnaissait le CNT de la Libye comme étant le gouvernement légitime de l’État libyen. Le vice-président colombien a toutefois déclaré que son pays « respectait » la position des pays de la région qui critiquent ce qu’ils considèrent une « invasion » du pays africain.

Par ailleurs, les pays membres de l’ALBA ont unanimement et fermement condamné les attaques perpétrées mercredi de la semaine dernière — prétendument par des rebelles opposés au régime de Mouammar Kadhafi — contre la résidence de l’ambassadeur vénézuélien à Tripoli (Libye) en les qualifiant « d’acte d’agression qui viole la souveraineté territoriale vénézuélienne ».

GC

 

Sources :

Andrés Reliche C., « Países del ALBA piden investigar “excesos” de la OTAN en Libia », Andes, 28 août 2011

« Países del Alba exigen investigar a la Otan por violaciones a derechos humanos en Libia », AVN, 28 août 2011

« Ecuador reconocerá lo que el pueblo libio decida », Ansa, 26 août 2011

« ALBA condena el ataque contra residencia del embajador de Venezuela en Libia », EFE, 25 août 2011

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval