Bandeau UL

Archives

3 novembre 2011

Sommet ibéro-américain : le président équatorien critique la Banque mondiale

Type de publication : Articles

Le président équatorien, Rafael Correa, s’est retiré de la plénière du XXIe sommet ibéro-américain samedi dernier au moment de l’intervention de la vice-présidente de la Banque mondiale pour la Région Amérique latine et Caraïbes, Pamela Cox. «  Il s’agit d’un forum ibéro-américain, pourquoi écouterais-je la vice-présidente de la Banque mondiale alors qu’elle a fait chanter ouvertement mon pays? », a-t-il jeté avant de quitter la salle.

En 2007, Rafael Correa avait expulsé le représentant de la Banque mondiale en Équateur parce que l’organisme avait refusé de lui accorder un prêt qui avait pourtant été approuvé deux ans auparavant. Selon l’organisme, le changement de la politique économique équatorienne justifiait ce refus.

Par ailleurs, le président équatorien a précisé que « la Banque mondiale a été l’un des hérauts du néolibéralisme en Amérique latine ». Il a ajouté que Cox « devrait commencer son discours en s’excusant pour les dommages qu’a causés la Banque mondiale à l’Amérique latine et à la planète ». Cox est demeurée silencieuse durant l’intervention de Correa et n’a fait aucune mention de ses accusations dans son discours.

Par la suite, le porte-parole de la Banque mondiale, Sergio Jellinek, a déclaré à la presse qu’il était « surpris » par « l’attaque personnelle » de Correa envers Cox. Il a également accusé le chef d’État de vivre « dans le passé » puisque l’organisation avait « tourné la page » en ce qui concerne les événements de 2007 et qu’il croyait que Correa en avait fait autant. « Si l’Équateur ne souhaite pas travailler avec la Banque mondiale, il s’agit d’une décision souveraine du gouvernement et nous n’allons pas le supplier de travailler avec nous », a-t-il ajouté.

Rafael Correa a réintégré la réunion après l’incident tout en continuant de critiquer la délégation de la Banque mondiale ainsi que celle de l’Organisation de la coopération et de développement économiques (OCDE).

Seulement 12 chefs d’État ont participé au XXIe Sommet ibéro-américain qui s’est tenu à Asunción au Paraguay le 28 et 29 octobre dernier. Ce faible taux de participation en fait l’un des sommets de ce type les moins populaires depuis leur création en 1991.

SD

 

Sources :

« Correa, el ‘niño terrible’ de la Cumbre Iberoamericana de Paraguay », AFP, 29 octobre 2011

« Correa anima una cumbre sosegada con un desplante al Banco Mundial », EFE, 30 octobre 2011

Sohr, Raúl, « Rafael Correa confronta al Banco Mundial », La Nación (Chili), 1er novembre 2011

Díaz Guerrero, Juan Carlos, « Crisis económica, Estado, transformación y desarrollo », Prensa Latina, 31 octobre 2011

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval