Bandeau UL

Archives

27 octobre 2011

Entente entre le gouvernement bolivien et les communautés indigènes de l'Amazonie

Type de publication : Articles

En début de semaine, les autorités boliviennes ont conclu un accord qui a mis fin au mouvement de protestation mené depuis plus de deux mois par des communautés indigènes de l’Amazonie. Celles-ci s’opposaient à la construction d’un projet routier devant traverser le territoire d’un parc national dans le nord-est du pays. Après avoir marché au cœur des montagnes andines pendant près de 65 jours et parcouru une distance totalisant près de 600 km entre Trinidad, en Amazonie, et La Paz, l’arrivée des 2000 indigènes dans la capitale du pays a eu l’effet escompté de mobiliser l’opinion publique et de convaincre le président Evo Morales d’ouvrir un dialogue avec les représentants autochtones.

Au coût de 332 millions US $, le projet financé par le Brésil avait pour but de relier sur une distance de 177 km deux provinces enclavées de l’Amazonie. M. Morales affirmait que cette route, qui diviserait en deux un parc national connu sous le nom de Tipnis, « contribuerait au développement économique des 64 communautés indigènes de trois ethnies distinctes qui occupent le territoire ». En réponse aux exigences et aux préoccupations des communautés affectées par le projet, la nouvelle loi divulguée ce lundi garantit dorénavant la préservation du territoire et établit que toutes les mesures nécessaires pour protéger la biodiversité dans la région seront considérées. Alors que l’opposition considère cette annonce du président comme une défaite, le ministre des Communications de la Bolivie, M. Iván Canelas, estime que le gouvernement est ressorti encore plus fort de ce conflit. À son avis, M. Morales aurait démontré que le dialogue est le « meilleur des chemins à prendre » pour parvenir aux solutions.

La centaine d’individus qui ont érigé un campement de protestation devant la présidence ont attendu les résultats du vote de lundi pour évacuer le site. Les représentants du groupe ont, à la suite de l’annonce, tout de même réitéré leur intention de poursuivre le gouvernement de la Bolivie devant la Cour interaméricaine des droits de l’Homme, pour des violations de droits humains commises lors d’une intervention policière survenue le 25 septembre dernier dans un campement improvisé à 320 kilomètres de La Paz. Le président Morales, qui nie avoir ordonné l’opération, a qualifié « d’impardonnable » la violence policière divulguée par les médias.

Selon plusieurs observateurs, la lutte tenace des peuples de l’Amazonie contre la construction de cette route sur leur territoire fut perçue comme un modèle à suivre pour les futures luttes sociales qui surviendront en Bolivie et à plus grande échelle en Amérique latine.

JM

 

Sources :

« Bolivie: Evo Morales tourne la page du conflit avec les Indiens amazoniens », 20 minutes/AFP, 24 octobre 2011

« Bolivia: indígenas ganan pulseada al gobierno y se tornan en modelo a seguir », Univision noticias/AFP, 25 octobre 2011

Burgoa, Raúl, « El Gobierno boliviano y los indígenas amazónicos llegan a un acuerdo », AFP, 25 octobre 2011

« Indígenas bolivianos celebran ley contra carretera amazónica », BBC Mundo, 25 octobre 2011

« Indigenas dejan La Paz tras lograr ley », Ansa Latina, 25 octobre 2011

« Indigenas demandaran al gobierno de Morales por violar DDHH », Ansa Latina, 24 octobre 2011

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval