Bandeau UL

Archives

5 mai 2011

Le Brésil suspend ses relations avec la Commission interaméricaine des droits de l'Homme

Type de publication : Articles

La présidente du Brésil, Mme Dilma Rousseff, a décidé de suspendre les relations de son gouvernement avec la Commission interaméricaine des droits de l’Homme (CIDH) de l’Organisation des États américains (OÉA), en réponse aux mesures préventives entreprises par celle-ci pour interrompre la construction de la centrale hydroélectrique brésilienne Belo Monte. Au début du mois d’avril, le Brésil s’est fait reprocher par la CIDH ainsi que par certaines organisations non gouvernementales de construire cette centrale sans considérer les revendications des peuples indigènes déplacés par les chantiers. Le Brésil avait trouvé ces affirmations « injustifiables » et les avait réfutées en mentionnant que son gouvernement avait préalablement consulté la population et réalisé des études d’impact social et environnemental qui furent approuvées par divers organismes.

Des sources gouvernementales citées par le périodique brésilien Folha de Sao Paulo indiquent que Mme Rousseff, « irritée par la décision de la CIDH », aurait décidé en guise de protestation de rappeler jusqu’à nouvel ordre son ambassadeur devant l’OÉA. Selon cette même publication, la présidente aurait également décidé de suspendre sa contribution financière annuelle de 800 000 dollars dédiée à l’organisme. Elle se serait opposée à la représentation du Brésil à l’un des postes de la CIDH en 2012, en retirant la candidature de M. Paulo Vanucchi, l’ex ministre des droits humains de son prédécesseur M. Luiz Lula da Silva. Enfin, Mme Rousseff aurait exprimé sa méfiance vis-à-vis de la CIDH par rapport à un cas de dénonciation d’abus sur des populations pauvres de Rio de Janeiro (Brésil), qui auraient été soi-disant déplacées en raison des constructions publiques occasionnées par la Coupe du Monde de la FIFA 2014 ainsi que les jeux olympiques prévus en 2016.

 

Pour exprimer leur mécontentement sur la façon dont la centrale Belo Monte est construite, près de 500 leaders indigènes de tout le territoire brésilien se réunissent depuis le début de la semaine devant le Congrès national à Brasilia. Cette manifestation vise à obtenir des garanties gouvernementales pour que le projet de centrale cesse et que les peuples indigènes, qui occupent les terres ancestrales actuellement exploitées par les constructeurs de la centrale, puissent continuer à vivre paisiblement. Ces protestations coïncident avec la période à laquelle la présidente Rousseff doit présenter son Programme National de gestion environnementale et territoriale des terres indigènes.

JM


Sources :

« Belo Monte puede darnos lecciones », ABC, 2 mai 2011

« Brasil: Líderes indígenas piden parar las obras de hidroeléctrica en Brasil », Canal Azul, 2 mai 2011

« OEA: Brasil suspende relaciones con CIDH, Prensa », Ansa Latina, 30 avril 2011

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval