Bandeau UL

Archives

2 juin 2011

Le Mexique cherche des appuis à la candidature d'Augustín Carstens à la direction générale du FMI

Type de publication : Articles

M. Augustín Carstens, l’actuel gouverneur de la Banque du Mexique (banque centrale), sera de la partie dans la course à la direction du Fonds monétaire international (FMI). Il affrontera notamment Mme Christine Lagarde, candidate appuyée par la plupart des pays européens. 

Le Mexique, le Chili et la République dominicaine ont exprimé jusqu’à maintenant leur intérêt à ce qu’un Latino-Américain occupe cet important poste. Le secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le Mexicain Angel Gurria, a affirmé pour sa part que « le moment est maintenant venu de changer ce qui constitue une tradition » et qu’à cette occasion, le poste offert ne devrait plus être nécessairement occupé par un Européen. Dans la même perspective, le président de la République dominicaine, M. Leonel Fernández, a affirmé « qu’il est maintenant l’heure qu’un pays d’Amérique latine soit à la tête du FMI ».

C’est ainsi que le Mexique a proposé la candidature de M. Augustín Carstens pour l’obtention de ce poste. Le président Felipe Calderón s’est d’ailleurs entretenu cette semaine avec la présidente argentine, Mme Cristina Fernández de Kirchner, afin de lui exprimer l’importance d’accorder une attention particulière à la candidature de M. Carstens et de solliciter son appui. M. Calderón a rappelé les ambitions manifestées au sein du G-20 afin que les titulaires d’organismes financiers internationaux « soient élus à travers un processus ouvert, transparent et basé sur le mérite des candidats ». À l’issue de leur rencontre, les deux chefs d'État ont diffusé un communiqué conjoint dans lequel Mme Fernández de Kirchner affirme avoir pris connaissance de la candidature de M. Carstens à la succession du FMI, sans toutefois avancer de réponse sur la question.

M. Carstens lui-même, dans un article publié dans The Financial Times, affirme que les pays émergents doivent être considérés de façon sérieuse. « Des pays aussi divers que l’Indonésie ou l’Afrique du Sud, le BRIC – le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine – ainsi que mon propre pays, le Mexique, ont démontré être des membres fiables de la communauté internationale et méritent d’être traités comme tels », a-t-il affirmé.

JM

 

Sources : 

« Calderón pidió a Fernández apoyo para FMI », Ansa Latina, 30 mai 2011

« Carstens pide a Europa abrirse a un "no europeo"», El Semanario, 1er juin 2011

« Fernández, Calderón y Piñera, a favor de un latino al frente del FMI », Hechos de Hoy, 22 mai 2011

Herrera Beltrán, Claudia. « Calbidea Calderón a favor de Carstens para FMI ante Fernández », La Jornada, 30 mai 2011

« Urge revisar el rol de los supervisores », El Economista, 30 mai 2011

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval