Bandeau UL

Archives

27 mars 2012

La Bolivie réitère son intention de récupérer son accès à l'océan

Type de publication : Articles

Le président bolivien Evo Morales a réitéré le droit de son pays à un accès souverain et utile à l’océan Pacifique lors des célébrations de vendredi dernier entourant le Jour de la mer, un événement commémorant la perte de l’unique accès maritime du pays aux mains du Chili en 1879. À cette occasion, il a rappelé sa décision de recourir à la justice internationale afin de désenclaver la Bolivie.

Cette requête prendra toutefois du temps à être présentée devant les tribunaux internationaux puisqu’il s’agit d’une tâche délicate, selon le président Morales. Ce dernier a également souligné que cette démarche ne devait pas être considérée inamicale ou hostile et qu’elle ne devrait pas empêcher un éventuel rapprochement entre les deux États qui entretiennent des relations diplomatiques difficiles depuis 1978.

À ce sujet, le président bolivien a soutenu que « le Chili ne pouvait continuer à agir en mauvais voisin » et a qualifié son attitude de « dilatoire ». À son avis, le traité de 1904 qui a fixé les frontières entre les deux pays à la suite de la Guerre du Pacifique a été « déshonorant » pour la Bolivie et n’a pas été respecté par le Chili. Au passage, Evo Morales a aussi dénoncé l’inaction du gouvernement chilien qui s’était engagé à retirer les mines antipersonnel dont la frontière entre les deux pays demeure truffée.

Le ministre du Secrétariat général du gouvernement chilien, Andrés Chadwick, a répondu aux propos du président Morales en soulignant que le Chili est un bon voisin puisqu’il respecte le droit international. « Les bons voisins, président Morales, sont ceux qui respectent la loi, le droit international et les traités internationaux. Si vous le comprenez de cette façon, le Chili sera pour vous un grand voisin », a-t-il relevé depuis le siège du gouvernement chilien en réponse aux critiques boliviennes.

Pour sa part, le ministre chilien des Affaires étrangères, Alfredo Moreno,  a déploré la persistance de la Bolivie dans « sa stratégie judiciaire sans fondement » visant à récupérer un accès au Pacifique.

La Bolivie a perdu un territoire littoral riche en guano et en salpêtre et couvrant 120 000 kilomètres carrés aux mains du Chili il y a 133 ans lors de la Guerre du Pacifique. Il s’agissait de son unique accès à l’océan. Lors de ce conflit, le Chili a également récupéré une portion du territoire péruvien.

SD

 

Sources :

« Evo : Chile no puede seguir siendo “un mal vecino” », Los Tiempos, 24 mars 2012

« Bolivia reitera demanda a Chile de salida sberana y pacífica al mar », Prensa Latina, 23 mars 2012

Quiroga L., Carlos A., « Bolivia mantiene sin fecha juicio contra Chile por salida al mar », Reuters, 23 mars 2012

« Evo Morales pide buena vecindad a Chile », Ansa, 23 mars 2012

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval