Bandeau UL

Archives

23 juin 2011

L'Amérique centrale appelle à la " responsabilité partagée " dans la lutte contre la criminalité

Type de publication : Articles

Ce mercredi, le président du Guatemala, Alvaro Colom, a inauguré la Conférence internationale de soutien à la Stratégie de sécurité centraméricaine. Cette conférence, qui aura lieu jusqu’à jeudi dans la capitale guatémaltèque, vise à augmenter la participation de la communauté internationale dans les efforts régionaux de lutte contre la criminalité. « L'Amérique centrale est attaquée par le crime organisé », a-t-il déclaré devant les représentants institutionnels et les leaders gouvernementaux en provenance de 55 pays, incluant la secrétaire d’État des États-Unis, Hillary Clinton et les présidents du Mexique, Felipe Calderón, et de la Colombie, Juan Manuel Santos.

En tant qu’hôte de l'événement et président temporel du Système d’intégration centraméricain (SICA), Álvaro Colom s’est plaint du « déséquilibre de l'engagement » en matière de sécurité et a fait remarquer que la coopération internationale ne représente que 1 $ US par tranche de 40 $ US dépensés par les pays de l’isthme centraméricain dans ce domaine. Selon lui, les dépenses de la région en sécurité atteindraient les 4 milliards de $ US, tandis que les contributions étrangères s'élèveraient à 140 millions de $ US seulement. Le président guatémaltèque a ainsi évoqué la « responsabilité partagée » des grands pays consommateurs de drogue, comme que les États-Unis, dans la mise en œuvre d’une stratégie commune de lutte et de prévention du crime, qui couterait plus de 6 milliards de $ US, selon le ministre guatémaltèque des Finances, Rolando Del Cid.

Hillary Clinton a annoncé lors de cet événement que son pays fournira 40 millions de $ US pour la sécurité en Amérique centrale, un montant qui s’ajoutera aux 260 millions de $ US versés en 2010. Cette aide est considérée comme « faible » par certains analystes, étant donné que plus des deux tiers de la cocaïne expédiée de l’Amérique du Sud vers les États-Unis passe par l'Amérique centrale, une région où la violence prend en moyenne 52 vies chaque jour, selon l'Organisation des Nations unies (ONU). Mme Clinton a voulu également démontrer l’engagement de Washington envers la région en annonçant le souhait de son gouvernement de devenir observateur au sein du SICA.

Avec une population de 45 713 000 habitants, dont la moitié vivent dans la pauvreté, avec l’un des taux d'homicides les plus élevés au monde (33,3 pour 100 000 habitants) et la présence de cartels de drogue et de gangs juvéniles, l'Amérique centrale constitue l'une des régions les plus dangereuses au monde.

FKB

 

Sources:

Sonia Perez, « Entre críticas, arranca cumbre sobre seguridad en Centroamérica », Terra, 22 juin 2011.

« Clinton asiste al lanzamiento de cruzada contra el crimen en Centroamérica »AFP, 22 juin 2011.

« Clinton promete más dinero para lucha antidrogas en América Central », BBC Mundo, 22 juin 2011.

« EEUU añade USD 40 millones en ayuda a seguridad de Centroamérica (Clinton) », Terra, 22 juin 2011.

« Presidentes llegan a Guatemala para la conferencia regional de seguridad », EFE, 22 juin 2011.

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval