Bandeau UL

Archives

25 juin 2013

Îles Malouines : l'ONU invite les parties à reprendre le dialogue

Type de publication : Articles

Lors d’une séance de travail du Comité spécial de décolonisation de l’Organisation des Nations unies (ONU) qui s’est tenue jeudi dernier à New York, l’Argentine a contesté la validité du référendum de mars dernier relatif à la légitimité de la présence militaire britannique sur les îles Malouines. Elle a réitéré sa volonté d’engager un dialogue pacifique avec la Grande-Bretagne (GB) afin de recouvrer la souveraineté sur lesdites îles occupées depuis 1833 par la Couronne britannique.

Le ministre argentin des Affaires étrangères, Héctor Timerman, a indiqué que le territoire querellé couvre plus de 3.000.000 kilomètres carrés et équivaut à douze fois la superficie de la GB. « Ce n’est pas un petit territoire. La GB occupe les îles Malouines, la Géorgie du Sud, les îles Sandwich du Sud et les espaces environnants », a-t-il déclaré. Il a décrit le référendum de mars dernier comme un « outil de propagande mobilisé par la GB pour légitimer ses velléités expansionnistes ».

De fait, les résultats de ce référendum indiquaient que plus de 90 % des habitants des îles Malouines avaient voté en faveur de la présence britannique dans cette région. Cependant, pour le chef de la diplomatie argentine ce référendum n’était qu’une mascarade organisée par la GB avec pour objectif principal d’introduire des citoyens britanniques dans les rangs des votants afin que ceux-ci influencent les résultats du sondage. Ce qui a eu pour conséquence immédiate la victoire du « oui » en faveur de la GB qui défend désormais le droit des peuples à l’autodétermination. Sur cette question, qui a constitué en réalité la plaque tournante des discussions, M. Timerman rappelle que l’Argentine a appuyé systématiquement (plus de 80 % des fois) les résolutions des Nations unies concernant l’autodétermination des peuples, alors que la GB a systématiquement voté contre (plus de 85 % des fois). « C’est vraiment obscène que les Britanniques s’accrochent aujourd’hui au droit des peuples à l’autodétermination en lieu et place des vrais défenseurs de l’anticolonialisme », a-t-il ajouté

L’ambassadeur britannique auprès de l’ONU, Mark Lyall Grant, n’a pas pris part à cette rencontre. Il a déclaré quelque temps après qu’en évitant de prendre au sérieux les résultats du référendum qui traduisent pourtant les aspirations de ce peuple insulaire, « le Comité spécial de décolonisation de l’ONU refuse de défendre leurs droits et manifeste pour ainsi dire sa déconnexion des réalités propres aux îles Malouines ». Interrogé sur une possible médiation du Vatican, Mark Lyall Grant a affirmé qu’il est « peu probable que la religion joue un rôle déterminant dans la résolution de ce différend ». Pour sa part, Héctor Timerman a rappelé que le pape Francisco, alors qu’il était cardinal, avait déjà déclaré que « les îles Malouines sont argentines ».

Quoi qu’il en soit, dans une résolution parrainée par la Bolivie, le Chili, Cuba, l’Équateur, le Nicaragua et le Venezuela, le Comité spécial de décolonisation de l’ONU a invité les deux protagonistes à repartir sur la table des négociations afin de trouver aussitôt que possible une solution pacifique à leur différend. 

CBM

 

Sources

« Timerman ratificó la voluntad de diálogo por las Malvinas ». Candena3.com, 21 juin 2013

« Argentina se apoya en la ONU para reclamar las Islas Malvinas ». El Universal.com, 20 juin 2013

« Londres dice que el Comité de la ONU está "anticuado" y no defiende al pueblo ». EFE, 20 juin 2013

« Argentina reitera disposición al diálogo pacífico para recuperar soberenía de las Islas Malvinas ». minci.gob.ve, 20 juin 2013

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval