Bandeau UL

Archives

6 juin 2013

Adhésion de la Colombie à l'OTAN : Bogota rassure ses voisins

Type de publication : Articles

Devant les nombreuses réactions suscitées par la possible adhésion de son pays à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), le président colombien, Juan Manuel Santos, a assuré cette semaine que son gouvernement ne compte pas devenir membre de l'alliance atlantique.

Le président Santos a déclaré la semaine dernière que son pays signera « un accord de coopération avec l’OTAN afin d’intégrer l’organisation internationale ». Ceci a entrainé de nombreuses réactions à travers les Amériques. Les États-Unis se sont montrés favorables à cette idée. La secrétaire d’État adjointe américaine pour l’Amérique latine, Roberta Jacobson, a déclaré que son pays souhaite « soutenir la Colombie comme membre compétent et fort au sein des nombreuses organisations internationales, y compris l’OTAN ». Pour leur part, des pays d’Amérique latine comme le Venezuela, le Nicaragua et la Bolivie ont exprimé leur opposition. Pour le président vénézuélien, Nicolas Maduro, et le président bolivien, Evo Morales, cette décision constituerait « une menace pour le continent ». Ils ont sollicité l’organisation d’un sommet d’urgence de l’Union des nations sud-américaines (UNASUR). Le secrétaire général de l’UNASUR, Alí Rodríguez Araque, a déclaré qu’au vu de son histoire, l’OTAN est avant tout « une organisation pour la guerre ». Il a déclaré que la région doit poursuivre selon la doctrine de sécurité et de défense qui lui assure la paix depuis de nombreuses décennies.

C’est dans ce contexte que le gouvernement colombien a tenu à rassurer les dirigeants de la région. Le ministre colombien de la Défense, Juan Carlos Pinzón, a fait savoir que son pays « ne veut pas et ne peut pas être un membre de l’OTAN ». Il a ajouté qu’à l’image d’autres pays comme l’Australie ou le Japon, la Colombie souhaite uniquement devenir un partenaire de l’OTAN en matière de sécurité. Le président Maduro pour qui cette adhésion serait une occasion pour l’OTAN « de mettre en œuvre ses plans de guerre en Amérique latine » s’est réjoui de la position colombienne. Par ailleurs, l’OTAN a exclu toute possibilité d’intégrer la Colombie pour des raisons géographiques.

Cette déclaration du ministre Pinzón vient aussi calmer la tension entre Bogota et Caracas à la suite de la réunion à Bogota entre le chef de l'opposition vénézuélienne, Henrique Capriles, et le président Santos. Ce nouvel épisode illustre la sensibilité des relations en matière de sécurité entre la Colombie et ses voisins, en particulier avec le Venezuela.

MLS

 

SOURCES

« Colombia suscribirá acuerdo con OTAN buscando ingresar al organismo ». El Espectador, 1 juin 2013.

« Maduro abre la puerta a una reunión con Santos ». Europa Press, 5 juin 2013

« Colombia niega interés en la OTAN, Venezuela lo celebra ».BBC Mundo, 5 juin 2013

« Maduro contra Santos, "giro negativo" ». Ansalatina, 3 juin 2013

« Venezuela y Bolivia rechazan el interés colombiano de pertenecer a la OTAN ». BBC Mundo, 4 juin 2013

« Esta es una región que disfruta de la paz desde hace largas décadas ». Site de l’UNASUR. 5 juin 2013

« Colombia no puede y no quiere ser miembro de la OTAN: Mindefensa  ». El espectador, 4 juin 2013.

« OTAN excluye la posibilidad de una adhesión de Colombia ». El espectador, 4 juin 2013. 

« Maduro aseguró que quiere tener "las mejores relaciones" con Colombia » El Colombiano, 4 juin 2013.

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval