Bandeau UL

Archives

27 mai 2013

Les États-Unis ferment leur bureau de lutte contre le narcotrafic en Bolivie

Type de publication : Articles

L’ambassade des États-Unis en Bolivie a annoncé jeudi dernier la fermeture imminente de sa cellule chargée des affaires liées au trafic des stupéfiants. Ce communiqué fait suite à l’allocution du Secrétaire d'État adjoint à la lutte contre le trafic des stupéfiants des États-Unis, William R. Brownfield, qui a indiqué la fin du financement de ladite cellule à compter de l’exercice budgétaire de 2015.

Selon le journal « Los Tiempos », la cellule américaine de lutte contre le trafic des drogues illicites en Bolivie a reçu 50 millions $ US en 2011 et 7.5 millions $ US en 2012. Suivant les recommandations de l’étude de faisabilité du projet antidrogue, plus 5 millions $ US étaient destinés au financement des activités liées à la lutte contre le trafic des stupéfiants en Bolivie en 2014. L’ambassade américaine en Bolivie avait d’ailleurs annoncé en octobre dernier le financement de l’entretien des douze hélicoptères qui sillonnent le territoire bolivien dans le cadre des opérations de lutte contre la « menace hémisphérique que représente le trafic des drogues illicites ».

Washington précise que depuis près de 40 ans, les États-Unis ont travaillé conjointement avec le peuple et le gouvernement boliviens pour empêcher l’enracinement du « narcoterrorisme et de la violence liée aux cartels » au sein de cette nation andine. « Nous sommes fiers des succès que les Boliviens et nous avons réalisés au cours de ces dernières décennies dans la lutte contre le trafic des stupéfiants. Nous espérons que la Bolivie connaîtra davantage du succès, au nom de la volonté de son gouvernement d'assumer la responsabilité de poursuivre cet effort important », a souligné William Brownfield.

Cette décision américaine qui intervient à la suite de « plusieurs frasques du président Evo Morales » semble raviver la tension entre La Paz et Washington. Elle aura même donné l’occasion au sénat bolivien d’amorcer une réflexion quant à l’avenir de la lutte contre le trafic des stupéfiants. À cet effet, la présidente du Sénat, Gabriela Montaño, a affirmé que la suspension du financement américain n’affectera pas significativement la stratégie nationale de lutte antidrogue. D’ailleurs, ajoute-t-elle, les autorités boliviennes ont commencé à conclure des accords bilatéraux avec les pays voisins dans ce domaine particulier. Quant au sénateur Eugenio Rojas, il a précisé que le départ des Américains offre plutôt l’opportunité à la Bolivie de définir désormais sa politique nationale antidrogue de façon autonome et souveraine.

CBM

 

Sources

« EEUU anuncia el cierre de sus oficinas antidrogas en Bolivia ». El País, 24 mai 2013

« EEUU cerrará oficina antinarcóticos en Bolivia ». Los Tiempos, 23 mai 2013

« Alta tensión entre Bolivia y EEUU por la NAS y Jacob ». El deber, 25 mai 2013

« EEUU anuncio el retiro de su oficina antidrogas de Bolivia ». La Razón, 24 mai 2013

« Estados Unidos cierra su oficina antinarcóticos en Bolivia ». Bolpress, 23 mai 2013

« EEUU cierra oficina antinarcóticos en Bolivia tras casi 40 años de trabajo ». EFE, 23 mai 2013

« EEUU asevera que relaciones con Bolivia siguen siendo tensas ». FM Bolivia, 25 mai 2013 

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval