Bandeau UL

Archives

20 octobre 2011

Contrôle du trafic des armes à feu : l'OÉA outille le Guyana

Type de publication : Articles

L’Organisation des États américains (OÉA) a donné vendredi dernier une machine permettant de marquer les armes à feu au gouvernement guyanais dans le but de lutter contre le trafic illégal de ces armes. Cette machine, financée par le gouvernement américain, fait partie intégrante du projet de « Promotion du marquage des armes à feu en Amérique latine et dans les Caraïbes » de l’OÉA. Ce projet appuie la Convention interaméricaine contre la fabrication et le trafic illicites d’armes à feu, de munitions, d’explosifs et d’autres matériels connexes (CIFTA) et cherche à renforcer les capacités nationales en termes de marquage d’armes à feu. En fait, cette initiative, qui est actuellement implantée dans plusieurs pays de la région, est une façon d’intensifier le rôle de l’OÉA en tant qu’acteur stratégique dans la lutte contre le crime, et ce, puisque la violence et les délits associés au trafic d’armes illégales sont en hausse.

Lors de la signature par le Guyana et l’Équateur de l’accord pour l’exécution de ce projet en septembre dernier, le secrétaire général de l’OÉA, Jose Miguel Insulza, avait déclaré que le marquage était « une étape essentielle afin d’aider les forces de l’ordre à retracer les armes utilisées lors de crimes et à identifier les routes du trafic et les trafiquants ». Il avait également émis le souhait que tous les pays de l’OÉA soient inclus dans ce projet afin de créer un environnement plus sécuritaire pour tous.

Pour sa part, le ministre de l’Intérieur guyanais, Clement Rohee, qui recevait la machine au nom de son gouvernement, a affirmé que ce nouvel outil stimulerait les efforts des forces de l’ordre dans leur lutte contre la criminalité et contribuerait au renforcement de leurs capacités. Il a également promis son soutien aux autres pays dans cette lutte

Le marquage des armes à feu consiste à inscrire de façon permanente des informations uniques et identifiables sur l’arme, telles que le numéro de série, le nom du fabricant ou de l’importateur, le modèle, le calibre et la jauge. Pour le moment, 13 autres gouvernements de la région ont signé un accord de coopération avec l’OÉA afin de démarrer ce programme.

SD

 

Sources :

« OAS Donates Firearm Marking Machine to aid in efficiently tracing illicit firearms », NCN Guyana, 15 octobre 2011

« OAS Donates Firearms Marking Machine to Guyana », OAS, 14 octobre 2011

« Guyana signs firearms-marking pact with OAS », Guyana Times International, 29 septembre 2011

« Guyana signs firearms marking agreement with OAS », Stabroek News, 26 septembre 2011

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval