Bandeau UL

Archives

28 mars 2013

Accès à la mer : la Bolivie prête à saisir la CIJ

Type de publication : Articles

Le président bolivien, Evo Morales, a annoncé que son pays s’apprête à déposer dans les « prochains jours une demande internationale contre le Chili » auprès de la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye concernant son accès à la mer. Il a fait cette annonce à l’occasion du « jour de la mer » célébré le 23 mars de chaque année et qui commémore la perte de l’accès à la mer lors de la guerre du Pacifique (1879-1884).

M. Morales a déclaré qu’après deux ans de travail, la Direction stratégique de la revendication maritime (Diremar) a recueilli un nombre de documents suffisant pour saisir la justice internationale et défendre « le droit inaliénable » de son pays de retrouver son accès à l’océan Pacifique. Il a condamné l’accord de paix de 1904 entre la Bolivie et le Chili qui a établi leurs frontières actuelles en déclarant que ce traité est « une condamnation perpétuelle qui étouffe l'économie bolivienne ». Le chef de l’État bolivien s’est montré très pessimiste sur la volonté chilienne de trouver un accord en déclarant qu’il « ne croyait en aucun président chilien » pour aboutir à un compromis. Le ministre des Affaires étrangères, David Choquehuanca, a annoncé avoir reçu l’appui de plusieurs pays notamment européens comme l’Espagne, l’Autriche et la Belgique. Il a également déclaré que le gouvernement argentin a accompagné la Bolivie dans sa revendication. Par ailleurs, le président Morales a accusé son homologue chilien, Sebastián Piñera, « de paralyser le déminage » à la frontière, violant ainsi la Convention d’Ottawa.

Le ministre chilien des Affaires étrangères, Alfredo Moreno, a réaffirmé que son pays est disposé à tout moment à faire face à tout recours bolivien devant la CIJ. Il a déclaré que depuis deux ans, le Congrès a alloué « un budget spécial » qui a permis de mettre en place une équipe d’avocats chiliens et étrangers travaillant sur ce dossier. Il a également précisé que le traité de paix a été signé vingt ans après la fin de la guerre du Pacifique et qu’il n’existe donc pas de différend frontalier. Concernant le déminage, Moreno a rappelé que son pays a jusqu’en 2020 pour le terminer.

Ce différend n’est pas le seul dans lequel est engagé le Chili. En effet, Santiago est aussi opposé au Pérou dans un différend maritime qui suis son cours à La Haye depuis décembre 2012.

MLS

 

SOURCES

« Bolivia demandará a Chile ante La Haya para retornar al mar con soberanía » Andina, 23 mars 2013.

« Morales presentará una demanda contra Chile para recuperar el litoral ». Europa Press, 23 mars 2013.

« Choquehuanca asegura que España y otros países europeos apoyan la demanda de Bolivia de una salida al mar ». Europa Press, 24 mars 2013.

« Chile asegura que está preparado para cualquier denuncia». Europa Press, 25 mars 2013.

« Bolivia se apresta a enjuiciar a Chile en La Haya ». Ansalatina, 23 mars 2013.

« Lo que pierde Bolivia por no tener salida al mar ». BBC Mundo, 23 mars 2013.

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval