Bandeau UL

Archives

26 mars 2013

Les relations économiques entre Montevideo et Buenos Aires vont de mal en pis

Type de publication : Articles

Le vice-président uruguayen, Danilo Astori, a affirmé vendredi dernier que les relations économiques et commerciales de son pays avec l’Argentine se sont détériorées. À son avis, elles connaissent « leur pire moment » depuis des années. Le vice-président a d’ailleurs déploré les conséquences qu’ont les politiques « protectionnistes » de son voisin sur les Uruguayens. Il estime qu’elles leur « nuisent considérablement ».

Danilo Astori a particulièrement dénoncé l’adoption par l’Administration fédérale des recettes publiques de l’Argentine d’une résolution en début de semaine ayant pour effet d’augmenter à 20 % la taxe appliquée à l’achat à l’étranger ou via Internet de biens et de services à l’aide de cartes de crédit ou de débit. L’achat de billets d’avion, d’autobus ou d’autres moyens de transport pour des destinations internationales ainsi que celui de forfaits touristiques sont également visés par cette mesure.

La hausse de cette taxe et l’élargissement de son champ d’application s’ajoutent à d’autres décisions prises par Buenos Aires afin d’éviter la fuite des dollars. Selon le vice-président, « de bons résultats ne peuvent pas être attendus » de ce type de pratiques. D’autant plus que ces dernières nuisent à l’Uruguay. En effet, elles entravent le tourisme, une industrie qui représente 6 % du produit intérieur brut (PIB) uruguayen. Près de 60 % des 2,85 millions de touristes qui ont visité la nation sud-américaine l’an dernier étaient argentins.

En réponse aux politiques argentines, le vice-président Astori a rappelé que son gouvernement a adopté une série de mesures afin de préserver l’industrie touristique. « L’affluence d’Argentins n’a pas connu une baisse dramatique. Ces derniers dépensent peut-être moins, mais continuent de venir », a-t-il souligné. 

Les restrictions aux importations de biens en Argentine ont incité l’Uruguay à développer d’autres marchés d’exportations. À ce sujet, le vice-président Astori a confirmé l’existence d’« un groupe de haut niveau travaillant spécialement » à stimuler les relations avec le Brésil ainsi que celles avec l’Alliance du Pacifique, une initiative lancée par le Chili, la Colombie, le Mexique et le Pérou.

SD

Sources :

« Vicepresidente uruguayo reconoce peor momento con Argentina », UPI, 23 mars 2013

«  Montevideo dice estar en el “peor momento” de las relaciones económicas con Argentina », Europa Press, 22 mars 2013

« Uruguay dice que la relación comercial con Argentina está "en su peor momento" », EFE, 22 mars 2013

« Suben a 20% el recargo a compras en el exterior con tarjeta y regirá para pasajes y paquetes turísticos », La Nación (Argentine), 18 mars 2013

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval