Bandeau UL

Archives

19 février 2013

Les leaders latino-américains saluent la réélection de Rafael Correa

Type de publication : Articles

Plusieurs dirigeants latino-américains saluent la réélection de Rafael Correa à la présidence de l’Équateur. Dimanche dernier, l’économiste de 49 ans s’est vu confier un troisième mandat à la tête de la nation sud-américaine.

Le président cubain, Raúl Castro, a été le premier à féliciter Rafael Correa pour sa « victoire écrasante ». Celle-ci constitue, à son avis, « l’expression de l’appui irrévocable à la révolution citoyenne qui continuera de contribuer au renforcement de l’unité de l’Amérique latine et des Caraïbes ». Par le biais d’un communiqué, il a d’ailleurs réitéré « la volonté du gouvernement et du peuple cubains de renforcer les liens fraternels qui les unissent à l’Équateur ».

Dans la même veine, le président vénézuélien, Hugo Chávez, a déclaré que cet évènement est une victoire de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA), voire « des forces bolivariennes et socialistes ».

Le président nicaraguayen, Daniel Ortega, a abondé dans le même sens en affirmant qu’avec la réélection de M. Correa, l’Équateur continuera « d’offrir au monde un exemple vivant de démocratie et de brillant développement politique, économique et social ». Haïti et la Colombie ont également salué le triomphe du président sortant.

Plus de 300 observateurs internationaux de diverses organisations telles que l’Association des nations de l’Asie du  Sud-Est (ASEAN), la Ligue arabe, l’Organisation des États américains (OÉA), l’Union africaine et l’Union des nations sud-américaines (Unasur) ont suivi avec attention le processus électoral équatorien. Au cours de ce dernier, plus de 11 millions d’électeurs ont été appelés aux urnes afin de nommer le président, le vice-président ainsi que les membres du parlement de l’Équateur.

Rafael Correa dirige la nation sud-américaine depuis 2007. Avant qu’il prenne le pouvoir, sept présidents s’étaient alternés à la tête du pays en seulement 10 ans. Au cours des années, M. Correa a gagné une certaine popularité, entre autres, en raison de ses politiques de redistribution des richesses qu’il a instaurées. Lorsque son troisième mandat se terminera en 2017, la constitution ne l’autorisera pas à en briguer un quatrième.

Selon les données du Conseil électoral national, Rafael Correa a été réélu avec 56,92 % des votes. Son plus proche rival, Guillermo Lasso, n’a obtenu que 23,14 % des suffrages. Au moment de l’écriture de cet article, 71,02 % des  bulletins de vote avaient été dépouillés.

 

SD

Sources :

« Los líderes latinoamericanos felicitan a Correa por su reelección », Europa press, 18 février 2013

« Elecciones en Ecuador transcurren con normalidad, según observadores internacionales  », El País (Colombie), 17 février 2013

Neuman, William, « President Correa Handily Wins Re-election in Ecuador », The New York Times, 17 février 2013

« Más de 11 millones de ecuatorianos votan este domingo en las presidenciales, con Correa como claro favorito », Europa press, 16 février 2013

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval