Bandeau UL

Archives

29 janvier 2013

Accord Mercosur-UE : une offre pourrait être présentée à l'Europe d'ici la fin de l'année

Type de publication : Articles

La présidente argentine, Cristina Fernández, a affirmé samedi dernier que le Marché commun du Cône sud (Mercosur) fera une offre à l’Union européenne (UE) possiblement lors du dernier trimestre de l’année afin de conclure un accord de libre-échange avec celle-ci. Elle estime que le bloc sud-américain  devra d’abord créer une commission interne visant à « discuter et élaborer de nouvelles propositions » sur lesquelles s’appuiera par la suite cette offre. Selon elle, « les négociations avec l’UE ne peuvent reposer sur les bases établies en 2004 ». La présidente argentine a également averti que l’accord avec l’UE ne devra pas nuire aux industries des nations sud-américaines.

Pour sa part, la chancelière allemande a déclaré que l’ouverture des marchés et le libre-échange sont nécessaires afin de renforcer la relation entre l’Europe et la région.

Ces déclarations ont entouré la tenue du sommet de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) et de l’UE qui a eu lieu la fin de semaine dernière à Santiago au Chili. Des membres du Mercosur, tout comme certains de l’UE, y étaient présents.

Les deux blocs régionaux ont engagé des négociations en 1995 afin de créer la plus importante zone de libre-échange au monde. Ils ont relancé les discussions à ce sujet en 2004 et de nouveau, en 2010. Toutefois, des accusations de protectionnisme de part et d’autre ont entravé jusqu’ici la conclusion d’un accord. Historiquement, l’UE demande une plus grande ouverture des marchés  argentin et brésilien à ses biens industriels et à ses services. L’an dernier, elle a même déposé une plainte devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC) afin de dénoncer diverses mesures imposées par l’Argentine et affectant l’importation de marchandises sur le territoire de celle-ci. À ce sujet, le commissaire européen du Commerce, Karel De Gucht, a  précisé que « les discussions devant l’OMC sur les mesures restrictives imposées par l’Argentine et les négociations entre l’UE et le Mercosur sont deux choses complètement différentes ».

Pour leur part, l’Argentine et le Brésil ont dénoncé par le passé les subventions européennes qui, selon eux, ralentissent l’entrée de leurs matières premières en Europe.

Un obstacle supplémentaire pourrait également entraver la conclusion de l’accord Mercosur-UE: le Venezuela, devenu membre du Mercosur l’été dernier aux côtés de l’Argentine, du Brésil, du Paraguay (suspendu temporairement) et de l’Uruguay, rejette l’adhésion à tout pacte commercial avec les nations riches.

SD


Sources :

« Merkel llamó a la Argentina y Brasil a destrabar acuerdo UE-Mercosur », infobae, 26 janvier 2013

Emmott, Robin, « Mercosur y UE intercambiarán ofertas comerciales este año : comisario comercio », Reuters, 26 janvier 2013

Lifschitz, Alejandro « Argentina dice quiere cambiar bases negociación de tratado UE y Mercosur », Reuters, 26 janvier 2013

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval