Bandeau UL

Archives

23 janvier 2013

Les critiques de l'ambassadeur panaméen auprès de l'OÉA lui valent son poste

Type de publication : Articles

Le président panaméen, Ricardo Martinelli, a relevé de ses fonctions jeudi dernier l’ambassadeur auprès de l’Organisation des États américains (OÉA), Guillermo Cochéz, en raison de ses déclarations sur le Venezuela.

Ce dernier a affirmé le 16 janvier dernier lors de la session du Conseil permanent de l’OÉA que la succession irrégulière du pouvoir au Venezuela violait potentiellement la Charte démocratique interaméricaine. Il a également accusé le secrétaire général de l’Organisation, José Miguel Insulza, d’avoir sanctionné de façon hâtive cette situation.

Il faut se souvenir que le secrétaire Insulza avait déclaré quelques jours auparavant, par le biais d’un communiqué, que l’OÉA « respectait entièrement, puisqu’il ne pouvait en être autrement », la décision des pouvoirs publics vénézuéliens de reporter indéfiniment l’investiture du président réélu du Venezuela, Hugo Chávez. En effet, ce dernier n’a pas prêté serment le 10 janvier dernier tel que le stipule la constitution vénézuélienne puisqu’il était en convalescence à Cuba à la suite d’une quatrième opération visant à traiter son cancer.

Selon l’ex-ambassadeur, il y a une complicité continentale à l’égard du Venezuela qui conspire contre l’existence même de l’OÉA. À la suite de sa destitution, il a d’ailleurs affirmé que les pays d’Amérique latine ont abandonné les principes et les idéaux de l’OÉA afin d’accepter la situation vénézuélienne. Il a ainsi déclaré au quotidien El Nuevo Herald que les gouvernements de ces pays « en raison de leurs liens économiques [avec le Venezuela] font passer leurs intérêts avant la démocratie ». À son avis, la raison d’être de l’OÉA, soit la promotion et la défense des droits de l’Homme et de la démocratie, a été oubliée.

Le président Martinelli considère que les déclarations de monsieur Cochéz lors de la session du Conseil permanent de l’OÉA étaient des « opinions très personnelles ». Il a assuré que l’État du Panama ne les partageait pas.

Trois jours après la destitution de Guillermo Cochéz, l’ex-vice-premier ministre panaméen, Arturo Vallarino, a été nommé ambassadeur du pays centraméricain auprès de l’OÉA. Son prédécesseur était en poste depuis 2009.

SD

 

Sources :

« Panamá designa nuevo embajador ante la OEA », El Nacional (Venezuela), 20 janvier 2013

« Exembajador panameño denuncia a Venezuela », Voz de América, 19 janvier 2013

« Ex embajador de Panamá ante la OEA denuncia presiones de Venezuela », El Nuevo Herald, 19 janvier 2013

« Presidente anuncia designación de nuevo embajador en la OEA », communiqué du gouvernement du Panama, 19 janvier 2013

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval