Bandeau UL

Archives

22 janvier 2013

La crise économique influence les flux migratoires latino-américains

Type de publication : Articles

Un rapport produit conjointement par l’Organisation des États américains (OÉA), l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et la Banque interaméricaine de développement (BID) indique que l’émigration latino-américaine continue d’être notable bien que les difficultés économiques rencontrées par l’Espagne et les États-Unis en aient modifié quelque peu la trajectoire.

En fait, lors de la divulgation du rapport à Washington D.C. jeudi dernier, le Secrétaire général de l’OÉA, José Miguel Insulza, a observé qu’au cours des dernières années, il n’y a eu qu’une faible diminution des flux migratoires. À son avis, « cela montre l’importance de la migration internationale pour l’économie mondiale et spécialement pour la région [des Amériques] où le nombre de migrants est plus élevé que la moyenne mondiale ». « Même la plus importante crise économique depuis la Grande Dépression n’a pas réduit significativement les flux migratoires qui se maintiennent et qui, sans aucun doute, s’accroîtront à mesure que les déséquilibres démographiques dans les pays développés se feront sentir avec plus de force », a-t-il noté.

La diminution du flux migration vers les deux principaux pays d’accueil des migrants latino-américains au cours des dernières années, soit les États-Unis et l’Espagne, a été compensée partiellement par une augmentation de la migration vers d’autres pays de l’OCDE tels que l’Australie, le Canada, le Chili, la Corée du Sud, le Japon, le Mexique et la Nouvelle-Zélande ainsi que vers des pays européens. Près de 3 millions de Latino-américains ont migré vers un pays de l’OCDE entre 2008 et 2010.

« En raison des faibles opportunités d’emploi aux États-Unis et en Espagne, les migrants latino-américains ont commencé à envisager d’autres destinations », a expliqué l’expert de la division de la migration internationale de l’OCDE, Georges Lemaître.

Malgré cette diversification, les États-Unis demeurent le principal pays de résidence des émigrants latino-américains : entre 2010 et 2011, 82% d’entre eux y ont élu domicile. L’Espagne, pour sa part, a accueille 57% des émigrants qui ont choisi l’Europe.

SD

 

Source :

« Second Report on International Migration in the Americas Presented at the OAS », communiqué de l’Organisation des États américains, 17 janvier 2013

Urdaneta, Diego, « Latinoamericanos buscan nuevos destinos por crisis en EEUU y España (OEA) », AFP, 17 janvier 2012

« Mejora económica en América Latina no redujo la migración a países ricos », La Patria, 18 janvier 2013

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval