Bandeau UL

Archives

31 octobre 2012

La réforme de la CIDH requiert l'injection de sommes supplémentaires

Type de publication : Articles

Les pays des Amériques souhaitent réformer la Commission interaméricaine des droits de l’Homme (CIDH), mais ne fournissent pas les ressources nécessaires afin d’améliorer son efficacité, selon le secrétaire de la CIDH, Emilio Álvarez Icaza. Vendredi dernier, lors d’une conférence de presse, le secrétaire Icaza a dénoncé le fait que malgré les nombreuses critiques adressées par les pays membres de l’Organisation des États américains (OÉA) à la Commission, aucun d’entre eux ne semble disposé à desserrer les cordons de sa bourse pour remédier à la situation. « Il ne s’agit pas d’un manque de volonté, mais d’un manque de ressources », a-t-il affirmé. À son avis, « si les États souhaitent qu’une plus grande promotion de la protection des droits de l’Homme soit faite et que le processus de règlement des différends à l’amiable s’accélère, ils doivent fournir les ressources » financières nécessaires.

La CIDH a présenté mercredi dernier un plan visant à améliorer son efficacité en réponse aux recommandations de l’OÉA. Selon Emilio Álvarez Icaza, un financement supplémentaire est indispensable à la mise en oeuvre des nombreuses améliorations proposées dans ce plan. En 2011, les deux tiers du budget de 9,5 millions $ US de la CIDH ont été fournis par l’OÉA. Le secrétaire de la CIDH juge cette contribution « insuffisante » puisque la réalité économique de l’hémisphère occidental a changé : actuellement, cinq membres de l’OÉA, soit l’Argentine, le Brésil, le Canada, les États-Unis et le Mexique, font partie du G20. Il considère que la part fournie par les pays doit être revue.

Le plan de la CIDH sera discuté mercredi prochain lors de deux audiences publiques : la première avec les pays membres de l’OÉA et la seconde, avec des représentants de la société civile.

Le secrétaire Icaza estime que les premiers commentaires concernant les propositions de réforme de la CIDH sont positifs. Le thème qui suscite le plus de réactions concerne le chapitre IV du rapport annuel de la commission. Ce dernier, connu sous le nom de « liste noire », porte sur les pays qui ne respectent pas les droits de l’Homme. La CIDH refuse d’étendre le champ d’application de ce chapitre à tous les pays du continent tel que le proposent les États membres.

La CIDH, une entité autonome de l’OÉA, est responsable de la promotion et de la protection des droits de l’Homme dans les Amériques. Elle a été créée en 1959 et est l’un des organes du Système interaméricain de protection des droits de l’Homme.

SD

 

Sources :

« CIDH dice que su reforma demanda recursos de los países de la región », El Universo (Équateur), 26 octobre 2012

« CIDH convoca a audiencias sobre fortalecimiento del Sistema Interamericano de Derechos Humanos », communiqué de la Commission interaméricaines des droits de l’Homme, 10 octobre 2012

« La CIDH analizará su reforma y buscará un acercamiento a Venezuela en las audiencias », EFE, 26 octobre 2012

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval