Bandeau UL

Archives

29 octobre 2012

Retour en Argentine des membres de l'équipage du Libertad

Type de publication : Articles

Des marins du navire-école argentin Libertad, qui est bloqué au Ghana à la demande d’un fonds d’investissement depuis le 2 octobre dernier, sont rentrés en Argentine mercredi dernier.

En effet, le gouvernement ghanéen a autorisé que les 281 marins du Libertad soient évacués vers Buenos Aires grâce à un vol d’Air France, car l’Argentine ne pouvait envoyer d’appareil au risque de le voir lui aussi saisi sur place. Le Libertad est retenu depuis 23 jours dans le port de Tema à la suite de la décision du tribunal d’Accra (Ghana) de le maintenir à quai. Cette décision de la justice ghanéenne fait suite à la demande du fonds spéculatif NML, filiale de la société américaine Elliott Capital Management, qui réclame au gouvernement argentin le paiement d’une dette de plus de 300 millions $ US contractée lors de la crise économique et financière argentine de 2001.

La société américaine avait indiqué qu’elle retirerait sa demande en justice si les autorités de Buenos Aires versaient une caution de 20 millions $ US. Le gouvernement argentin a non seulement refusé de payer cette somme, mais a également refusé de négocier. Buenos Aires considère que la rétention du Libertad par les autorités ghanéennes est « illégale », car en tant que navire militaire, « il bénéficie d’un large régime d’immunités, conformément au droit international ».

La présidente argentine, Cristina Fernández de Kirchner, a quant elle déclaré « qu’ils pouvaient retenir la frégate, mais qu’ils ne pouvaient retenir la souveraineté de notre pays ». Elle a aussi qualifié le NML « de fonds vautour ». Le ministre argentin des Affaires étrangères, Hector Timerman, a rencontré ce lundi le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki Moon, afin de solliciter son aide pour le retour de la frégate. Ce dernier s’est dit confiant sur un règlement bilatéral du différend entre Accra et Buenos Aires.

Le capitaine et quarante-quatre marins sont restés au Ghana pour assurer l’entretien et la sécurité du navire militaire argentin jusqu’à ce qu’il obtienne l’autorisation de quitter le pays. Par ailleurs, cette affaire a provoqué une vague de démissions au sein de l’armée argentine, notamment celle du chef de la marine, Carlos Alberto Paz.

MLS

 

Sources

 

« Cerca de 300 tripulantes del 'Libertad' abandonan Ghana rumbo a Argentina » Europa Press, 24 octobre 2012.

« La fragata 'Libertad' abandonará Ghana y volverá a Argentina » Europa Press, 25 octobre 2012.

« Testimonios de los marinos argentinos del buque Libertad » BBC Mundo, 25 octobre 2012.

« Frustración y tristeza marcan el retorno de marinos de la Fragata Libertad » BBC Mundo, 25 octobre 2012.

« Argentina: la crisis de la Fragata Libertad comenzó en los años 90 »BBC Mundo, 22 octobre 2012.

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval