Bandeau UL

Archives

15 octobre 2012

Venezuela : les premières leçons de l'élection présidentielle

Type de publication : Articles

Quelques jours après la réélection du président Hugo Chávez pour un quatrième mandat à la tête de l’État vénézuélien, l’heure est au premier bilan, aux déclarations, aux premières décisions politiques et à la préparation des élections régionales.

Le président Chávez a déclaré vouloir tenir « un dialogue franc » avec l’opposition pour assurer la paix et la stabilité du pays. Pour lui, le renforcement du dialogue à travers des institutions comme l’Assemblée nationale, le Conseil fédéral du gouvernement, entre autres, sera une priorité du nouveau gouvernement. Le président Chávez a aussi rappelé le sens des responsabilités que doit montrer l’opposition pour rendre ce dialogue véridique et utile. Il s’est aussi félicité de la grande mobilisation du peuple vénézuélien avec un taux de participation de 80 % à ces élections.

Quant au candidat de l’opposition vaincu, Henrique Capriles, il a souligné au président Chávez, avec lequel il s’est entretenu au téléphone, qu’il ne disposait pas d’un « chèque en blanc pour gouverner » et qu’il ne devait pas sous-estimer la réaction du peuple, notamment les 6 millions de personnes qui ont voté pour le « nouveau projet » qu’il incarnait. Capriles a aussi annoncé qu’il se porte candidat à sa propre succession aux élections régionales du 16 décembre prochain comme gouverneur de l’État de Miranda qu’il dirige depuis 2008.

La première grande décision prise par Hugo Chávez est la désignation de son ministre des Relations extérieures, Nicolás Maduro, au poste de vice-président en remplacement d’Elías Jaua qui s’est déclaré candidat au poste de gouverneur de Miranda où il affrontera M. Capriles. M. Maduro devient ainsi le 2e personnage politique du pays qui est censé succéder au président en cas d’incapacité d’exercice du pouvoir. Cette nomination a pour objectif de préparer les prochaines élections régionales et elle est importante si l'on tient compte de l’état de santé du président Chávez qui a été récemment opéré d’une tumeur cancéreuse à Cuba.

En matière de politique internationale, Hugo Chávez a encore fait parler de lui en apportant son soutien au président syrien, Bachar el-Assad, dans le conflit qui l’oppose aux rebelles depuis mars 2011 tout en dénonçant « la grande responsabilité des États-Unis dans ce désastre ».

L'année 2012 est pour l’instant une bonne année sur le plan politique pour Hugo Chávez. Son pays a intégré le Marché commun du Sud (MERCOSUR) et il a réussi à se faire réélire. Il sera donc intéressant de voir la dynamique qu’il donnera au pays et son futur rôle dans le MERCOSUR.

MLS

 

Sources

« Hugo Chávez reiteró su apoyo al gobierno de Siria » BBC Mundo, 9 octobre 2012.

« Chávez designa al canciller Nicolás Maduro como nuevo vicepresidente » BBC Mundo, 10 octobre 2012.

« Chávez nombra vicepresidente a Maduro: empieza la precampaña de las regionales » BBC Mundo, 11 octobre 2012.

« Chávez ofrece a la oposición venezolana un "diálogo franco"» Europa Press, 10 octobre 2012.

« Venezuela.- Capriles formaliza su candidatura para tratar de ser reelegido como gobernador de Miranda » Europa Press, 11 octobre 2012.

« Capriles advierte a Chávez de que no tiene un "cheque en blanco" » Europa Press, 10 octobre 2012.

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval