Bandeau UL

Archives

20 septembre 2012

La situation des communautés autochtones en Argentine préoccupe l'ONU

Type de publication : Articles

Ce mardi, le rapporteur spécial des Nations unies sur les droits des populations autochtones, M. James Anaya, a déclaré à Genève devant le Conseil des droits de l’Homme que l’Argentine devrait « prioriser et consentir un plus grand effort pour protéger les droits humains de ses populations autochtones ». À la suite d'une visite réalisée en Argentine en décembre 2011, au cours de laquelle il a parcouru dix provinces et recueilli près de 170 témoignages, M. Anaya a présenté les points saillants de ses observations sur le terrain.

M. Anaya réclame notamment à l’État argentin « un plus grand effort » devant la situation des peuples indigènes et a exprimé « une préoccupation particulière » vis-à-vis des expropriations qui se sont produites sur des terres qualifiées d’ancestrales. Le fonctionnaire a réclamé que cessent les expulsions des communautés indigènes jusqu’à ce que les études techniques et juridiques des terres disputées soient rendues disponibles, une responsabilité de l’Institut national des affaires indigènes.

La délégation argentine présente devant le Conseil des droits de l’Homme a répondu que la Loi d'urgence n° 26.160 aurait à cet effet suspendu les expulsions illégales jusqu’au 23 novembre 2013, mais a admis que des expulsions non consenties continuaient de se produire. Le rapporteur spécial soutient que les problèmes des indigènes en Argentine dériveraient « de la dépossession historique d’une vaste étendue de parcelles de terre par de grands propriétaires terriens ainsi que des entreprises agricoles, pétrolières et minières qui opèrent sur des terres réclamées par des communautés qui ne possèdent pas de titres légaux d’occupation ».

Après avoir réclamé un mécanisme de consultation dans le cadre des activités extractives, M. Anaya a reconnu les « démarches importantes » réalisées par l’État argentin en matière de droits des peuples indigènes. Selon lui, « l’État doit adopter des politiques claires et élaborer des directives pour les fonctionnaires au niveau fédéral et provincial ».

En ce qui concerne l’impact des grandes exploitations agricoles sur les communautés autochtones, le fonctionnaire suggère que soient menées des consultations avec les communautés susceptibles d’être affectées par les projets de développement et d’exploitation des ressources naturelles, et ce, en conformité avec les standards internationaux en vigueur.

JM

 

Sources :

Bermudez, Gabriel, « ONU: vuelven a reclamar que cesen los desalojos a indígenas en la Argentina », Clarin, 19 septembre 2012

« La ONU pide a Argentina que cese desalojos de indígenas de sus tierras », AFP, 18 septembre 2012

« La ONU pide que cese el desalojo de pueblos indígenas », La Gaceta/DyN/AFP/NA, 19 septembre 2012

« ONU pide al Estado argentino mayor atención a indígenas », Ansa Latina, 18 septembre 2012

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval