Bandeau UL
Page d'accueil > Nouvelles

Les fonds vautours: nouvelle menace à la stabilité financière internationale - Le cas de l'Argentine

Consulter le fichier

 

À la suite de la crise financière qu’elle a connue en 2001, l’Argentine a cherché à assainir son profil financier international. Pour ce faire, elle a effectué une restructuration de sa dette souveraine – acceptée par 92,4% de ses créanciers – en rendant son remboursement conditionnel à la croissance économique du pays. Ensuite, le pays a remboursé la totalité de la dette qu’il avait contractée aux Fonds monétaire international (FMI). Plus récemment, il a convenu d’un plan de paie de la dette avec un autre créancier institutionnel : le Club de Paris. L’Argentine a aussi négocié des solutions relativement à divers différends avec des entreprises sous l’égide du Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI). À toutes ces occasions, le pays a mis en évidence son intention de soigner sa réputation financière internationale, tout en veillant à ne pas compromettre sa croissance interne. Malgré ces efforts, l’Argentine doit aujourd’hui faire face à une nouvelle menace financière : les « fonds vautours ». En effet, ces fonds d’investissement internationaux servent à acheter des dettes souveraines en défaut à un prix dérisoire, afin de réclamer judiciairement 100% de leur valeur réelle, et ce, dès que les finances du pays se redressent et qu’il démontre sa capacité à payer.

Abonnez-vous

Pour tout savoir sur l'actualité des Amériques et sur les activités du CEI, entrez votre adresse courriel pour vous abonner à notre liste de diffusion.

Zone audio-vidéo

Vous pouvez visionner et écouter nos productions en format Podcast. Vous pouvez vous abonner ou les écouter sur iTunes.

Calendrier

  • CEI
  • Amériques

Suivez-nous

Suivez nos nouveautés sur notre page Facebook ou en vous abonnant à notre fil RSS. Utilisez les icônes ci-bas.

Nos partenaires

OPALC CRDIP OdA OEA

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).
Tous droits réservés. © 2012 Université Laval